As Ray Ray, 2ème album de Raphael Saadiq

As Ray Ray, 2ème album de Raphael Saadiq

Après avoir fait un petit retour en arrière sur Instant Vintage, le premier album de Raphael Saadiq, on reprend le même principe et on recommence, cette fois avec As Ray Ray, son deuxième opus.

Introducing Ray Ray

Le 5 octobre 2004, Raphael Saadiq sort As Ray Ray sous son propre label, Pookie Entertainment, ce qui lui confère le droit d’avoir des rêves « plus grands », selon lui. Avec ce disque, il s’éloigne radicalement de l’univers « gospeldélique » d’Instant Vintage et propose des sons plus énergiques, entre R&B et Soul.

Raphael Saadiq As Ray Ray

  1. Blaxploitation
  2. Ray Ray Theme (feat. Joi)
  3. I Know Shuggie Otis
  4. This One
  5. Chic Like You (feat. Allie Baba)
  6. Live Without You
  7. Detroit Girl
  8. Not a Game (feat. Babyface)
  9. Rifle Love (feat. Tony! Toni! Toné! & Lucy Pearl)
  10. Chic (feat. Teedra Moses)
  11. I Want You Back (feat. Teedra Moses)
  12. I Love Her
  13. Grown Folks
  14. Save Us
  15. Scream (UK bonus track)

Comme on peut le supposer en visualisant la pochette, As Ray Ray est un album concept : on y retrouve un Raphael Saadiq bling bling avec chapeau, verre à la main, bouteille sur le capot de sa Mercury Cougar, attitude bad boy et j’en passe. En fait, c’est Ray Ray qui est représenté, l’alter égo de Raphael Saadiq. En effet, l’artiste a expliqué qu’il souhaitait, le temps d’un album, laisser de côté le chanteur soul « classique » et « profond » que tout le monde connaît, pour dévoiler une facette moins sérieuse de sa personnalité.

Pour ce faire, il fait donc appel à Ray Ray, autrement dit, à la personne qu’il était durant sa jeunesse, puisqu’il s’agit du surnom que son entourage lui donnait alors qu’il grandissait dans les quartiers d’Oakland, en Californie. Il explique : « cet album montre Raphael Saadiq en tant que Ray Ray – avec une voiture Cougar parce que c’est comme ça que j’ai grandi… avec des Cougars, Falcons et Mustangs, je voulais montrer cette facette de moi ». (source)

As Ray Ray : Un album concept

L’opus est donc construit autour de ce personnage, comme s’il s’agissait d’une fiction, de la personne qu’il aurait pu devenir. La pochette fait référence aux films de Blaxploitation (mot-valise de « black » et d’« exploitation » : il s’agit d’un courant culturel et social des années 70 mettant en avant des Afro-américains par le biais de premiers rôles au cinéma) et on y voit Ray Ray comme protagoniste.

« Tout est une question de sentiment », selon Raphael Saadiq. En s’inspirant d’Uptown Saturday Night et Le Mac (deux grands films de « Blaxploitation »), il voulait que cet album se ressente comme un film qui raconte plusieurs histoires.

Les deux premières pistes, Blaxploitation et Ray Ray Theme, introduisent le projet et présentent le concept. La première est une introduction à proprement parlé et ne dure que quelques secondes, tandis que la deuxième est une chanson en compagnie de Joi, son ex collègue des Lucy Pearl (qui remplaça Dawn Robinson).

Oh girls !

Des collaborations, il y en a d’ailleurs plus d’une sur cet album. Sur la piste 5, on retrouve par exemple Allie Baba, le neveu de Raphael Saadiq. A l’origine, c’est Ludacris devait être en featuring, mais cela n’avait pas pu se faire. Passer d’un rappeur très connu à un illustre inconnu aux yeux du grand public, le choix peut paraître étrange, mais il s’avère que le jeune artiste a enregistré sa version sans que son oncle ne soit au courant. C’est ainsi que Chic Like You est né.

La gent féminine est au cœur d’autres titres de cet album, on citera notamment This One, Without You, Detroit Girl ou encore Rifle Love. Cet dernier est d’ailleurs le premier single de l’album, même s’il ne bénéficie d’aucun clip (aucun clip n’a été tourné durant cette ère).

Avec cette phrase, « shoot me with your rifle love », mais surtout avec le coup de revolver que l’on entend, cette chanson fait partie des plus mémorables de sa discographie. Pour l’anecdote, elle devait, en premier lieu, s’appeler Righteous Love (que l’on traduirait par « amour juste »), mais Raphael Saadiq voulait se la jouer un peu bad boy, à la manière des rappeurs, et a eu l’idée de ces coups de feu (dont certains ont été enlevés pour le radio edit). Ce qui rend aussi cette chanson mémorable, c’est la présence de ses anciens comparses Dwayne Wiggins (frère et ancien membre des Tony! Toni! Toné!) et Dawn Robinson (Lucy Pearl).

As Ray Ray, un disque inspiré

Cet album, c’est également d’autres collaborations inspirées et bien senties. On retrouve notamment Teedra Moses sur deux jolis titres, Chic et I Want You Back, tous deux co-écrits par le chanteuse. Sur le smoothie Not a Game, Raphael Saadiq se voit aidé de celui avec qui on le compare souvent (du fait de leur ressemblance physique et de leurs compétences), Babyface. La chanson est l’une des meilleures de l’album, la voix des deux artistes se mariant à merveille.

Sur Grown Folks et I Know Shuggie Otis, aucun featuring, mais de fortes inspirations. Sur le premier titre, le falsetto de Raphael Saadiq n’est pas sans rappeler celui de Curtis Mayfield, la mélodie est imparable et le message transmis est fort : « les adultes ont davantage besoin d’aide que les enfants ». Sur le second titre, c’est le spectre de Prince qui plane au-dessus de Raphael Saadiq, avec ces guitares prédominantes.

Le mot de la fin

Avec cet album, l’univers « Gospeldélique » (entendez soul, neo soul, hip-hop, R&B, jazz ou que sais-je encore) d’Instant Vintage est bien loin. En effet, As Ray Ray est un opus entre soul et R&B, qui peut paraître plus facile et convenu que son prédécesseur, mais qui n’en reste pas moins de qualité (une constante chez Raphael Saadiq). L’artiste y est aidé par de grands noms de la musique, que ce soit dans ses featurings, ses collaborations ou ses influences.

(Zoom sur The Way I See It, le troisième album de Raphael Saadiq.)

Aucun commentaire

Poster un commentaire